Élection présidentielle

Pour les services publics, Pour la démocratie

La période électorale qui s'ouvre est un moment important pour réaffirmer la nécessité de promouvoir les services publics. Derniers remparts contre l’exclusion et la pauvreté, les services publics représentent une vision de la société du vivre ensemble et de l'intérêt général.

Les attaques subies depuis de trop longues années, accentuées durant le mandat d'Emmanuel Macron, qui risquent de se multiplier et de se renforcer après les
élections, doivent nous conduire, dans notre action syndicale, à porter et amplifier les urgences qui les concernent :

Développer les champs d'action des services publics et répondre aux nouveaux besoins.

Investir dans la Fonction publique pour lui donner les moyens de ses missions.

Démocratiser les services publics pour donner aux agent-es les moyens de s’approprier leurs missions et aux usager-es d’en être acteurs.

Il faut également que les valeurs et les revendications du monde du travail s'expriment : très clairement nous devons choisir entre des programmes qui s’attaquent aux services publics et à leurs agent-es et qui constituent une profonde remise en cause de la Fonction publique, et des programmes qui les défendent et les renforcent.

La FSU Territoriale appelle à favoriser les programmes et les candidat-es qui promeuvent les services publics et qui s’inscrivent dans ses valeurs d’égalité, de lutte
contre les discriminations et de prise en compte des enjeux écologiques.

Plus encore parce que les représentant-es de l'extrême droite sont les ennemis du syndicalisme de transformation sociale que nous portons, qu’ils et elles divisent les salariées et la population, qu’ils et elles s’expriment par la violence et la peur, parce qu'ils et elles développent des programmes qui n'ont rien de social et portent au contraire un libéralisme débridé, et parce qu'en particulier la mesure dite de « préférence nationale » qu'ils souhaitent inscrire dans notre constitution changerait profondément la nature de notre société, nous disons clairement qu'il faut faire barrage à l’extrême droite et qu'aucune voix ne doit aller à ses candidat-es.

Les Lilas, le lundi 29 mars 2022